Un village de Touraine au passé millénaire

Saint-Christophe-sur-le-Nais est un joli village tourangeau édifié sur un coteau  au bord d'une rivière appelée l'Escotais, mais que la tradition locale nomme le Nais.

Le bourg qui connut une certaine prospérité avant la Révolution offre au regard de  ses visiteurs un certain nombre de belles demeures aux façades de tuffeau qui furent érigées du XVIe au XXe siècle.

Pour mettre en valeur ce patrimoine architectural, la municipalité en charge des affaires de 2001 à 2008 décida d'aménager la partie centrale du village en effaçant les lignes et en recouvrant une partie du sol de pavés calcaires rappelant la couleur du tuffeau. La place centrale et celle de la mairie furent donc complètement remaniées avec ajout  d'espaces verts. Il avait été prévu de continuer cette rénovation par l'aménagement des rues "Chaude" et "Val Joyeux" dans le même style. La nouvelle majorité sortie des urnes en mars 2008 n'a pas  jugé bon de continuer le projet ce qui est bien dommage.

Voici une photo de la place centrale, la nuit, fournie par l'entreprise "ETDE" qui avait été chargée de l'installation du nouvel éclairage public.

 

Saint-Christophe-sur-le-Nais vu du ciel grâce à Google Earth

Présentation de la commune

Situation géographique

 

La commune de Saint-Christophe-sur-le-Nais est située à l'extrême nord du département, à une trentaine de kilomètres de Tours, en limite avec celui de la Sarthe.

La voie ferrée Caen - Le Mans - Tours assure un trafic marchandises régulier et quelques trains de voyageurs font une halte à la gare de St Paterne-Racan, commune voisine, située à deux kilomètres au sud-est. Pour les voyageurs, un réseau de cars réguliers (TER et Fil Vert) assurent des transports quotidiens vers Tours.

La rivière l'Escotais, très poissonneuse (truites), attire de nombreux pêcheurs et offre des paysages verdoyants.

Traversée par l'A28 avec une barrière de péage sur son territoire, la commune est accessible depuis la sortie de Neuillé-Pont-Pierre, au sud, ou Montabon, au nord.

 

Occupation du sol

 

La commune s'étend sur  1 827 ha. On trouve 133 ha de prés, 1 600 ha de terres agricoles utilisées dont 1 409 ha de terres labourables et 70 ha de vergers. La plus grosse partie boisée se situe aux abords du château de Gênes.

La création de Saint-Christophe en tant que village remonte aux environs de l’an 1000 avec les restes de son donjon encore visibles dans le cimetière. Dans la partie la plus ancienne, nous trouvons de nombreuses maisons en pierres de taille avec pour certaines, des peintures murales datant du XVIème siècle.

De l’autre côté de la voie ferrée, une partie agglomérée plus récente, « Le Faubourg de Vienne » accueillait à l’origine les ouvriers des industries florissantes de la commune.

Saint-Christophe-sur-le-Nais présente une particularité : la présence de très nombreuses cavités souterraines ayant servi d’habitations troglodytiques ou même pour les plus anciennes de refuge pendant la guerre de 100 ans. .

De nombreux coteaux, autrefois couverts de vignes, ajoutent au charme incontestable du village.

Au niveau de l’habitat, la majeure partie se trouve dans le bourg, mais il y a encore quelques hameaux dispersés où vivent plusieurs familles.

 

La population

 

La commune connaît un accroissement constant et régulier de sa population : 963 habitants en 1989, 975 en 1999 pour avoisiner actuellement les 1100 habitants.

 

Activités – Commerces – Services

 

La commune possède deux salles des fêtes, la plus ancienne, le foyer rural utilisé par les associations et l'espace Beau Soulage pouvant accueillir 400 à 500 convives autour d'une piste de danse.

Le terrain de sports a été réhabilité en aire de loisirs et plateau multisports où de nombreuses activités s'adressant aux différentes tranches d'âges peuvent être pratiquées.

Le village a encore la chance de posséder un boucher et un petit marché le vendredi soir ainsi qu'une épicière ambulante.

Au niveau des services, la commune est dotée d'une agence postale et d'un garage.

De nombreux artisans sont installés sur la commune : maçons, plâtrier, plombier, entrepreneur de terrassement, coiffeuse.

Une maison de retraite comptant 80 lits participe aussi à la vie de la commune et offre des emplois essentiellement féminins.

Une école de 4 classes accueille une centaine d'enfants, de 3 à 12 ans, dans des locaux très récents. Une garderie et un service de restauration fonctionnent au sein de l'école.

Pour l'eau et l'assainissement collectif, Saint-Christophe est regroupé avec Saint-Paterne en Syndicat à vocation multiple (le SIVOM de l'Escotais).

Un terrain de passage est à la disposition des gens du voyage mais ne possède qu'une installation précaire : un point d'eau uniquement.

 

Son patrimoine de siècle en siècle

XIe siècle :

Restes du donjon enfouis dans les broussailles.

L'ancienne porte du donjon
L'ancienne porte du donjon

Le 20 août 1069, Hugues d'Alluye et sa femme Richilde donnent aux moines de Saint- Florent de Saumur tous les droits qu'ils possèdent dans l'église de Saint-Christophe. Dans cet acte, Hugues se prénomme du château de Saint-Christophe.

(Archives départementales : H 728 copie en 1666  et 1667, d'après originaux)

 

XIIe siècle :

Cette abside est le chœur de l'église romane, elle date certainement de la première moitié du XIIe siècle. A l'époque romane, ce chœur était éclairé par 5 petites fenêtres en plein-cintre. La maçonnerie entre les fenêtres est faite d'un appareillage décoratif en écailles de poissons, les contreforts colonnes portent des chapiteaux à motifs végétaux.

XIIIe siècle :

La population de Saint Christophe ayant fortement augmenté, il fallut agrandir l'église au cours du XIIIe siècle. Le chœur fut élargi du côté sud et éclairé par de nouvelles baies et une rosace dans le pignon est.

XIVe siècle :

Le mois de mars
Le mois de mars

Au cours du XIVe siècle, l'église est encore agrandie et reçoit une décoration de peintures murales dont un magnifique calendrier.

XVe siècle :

La chapelle Saint Gilles après restauration en 2010
La chapelle Saint Gilles après restauration en 2010

Fondée en 1122, la chapelle Saint Gilles actuelle date du XVe siècle. C'est certainement près de celle-ci que se tenait, au Moyen-âge, une importante foire.

Le bourg bâti sur le coteau de la rive gauche de l'Escotais compte de très nombreux souterrains qui servirent d'habitation ou de refuge pendant les périodes troublées, comme la Guerre de cent ans.

 

XVIe siècle :

Le manoir de Vaudésir
Le manoir de Vaudésir

C'est en 1532 que René Bonamour, un marchand de Tours, fit construire le manoir de Vaudésir.

Le XVIe siècle vit la fin de la construction de l'église avec l'ajout du clocher actuel et la pose d'une voûte lambrissée et décorée de médaillons dans le chœur et la nef.

Le clocher de l'église, XVIe siècle
Le clocher de l'église, XVIe siècle
Exemple de médaillon
Exemple de médaillon

XVIIe siècle :

Construit entre 1655 et 1679 par Pierre Dunoyer, bailli de la baronnie de Saint-Christophe, le château de Gesnes a conservé son aspect d'origine.

Le baptistère de l'église, en pierre calcaire, date du XVIIe siècle.

 

Le château de Gênes
Le château de Gênes

XVIIIe siècle :

Sur la place centrale, plusieurs bâtiments, comme l'ex hôtel du croissant et la Patoiserie voisine, datent du XVIIe siècle. Il en est de même pour le manoir du Bas Sion.

 

Le manoir du Bas Sion
Le manoir du Bas Sion

Saint-Christophe hébergea, à cette époque, la première faïencerie de Touraine dont il reste ce St Pierre, dans la rue des Potiers.

Le saint géant (4,50 m de hauteur) fut installé dans l'église vers 1770.

 

La statue avant restauration
La statue avant restauration

XIXe siècle :

L'ensemble mairie-école
L'ensemble mairie-école

C'est entre 1880 et 1882 que fut érigé un superbe bâtiment pour abriter la mairie, les logements des instituteurs et les classes.

Ce siècle vit aussi la construction de plusieurs lavoirs publics ; mais un seul a survécu.

 

Le lavoir du Gué couvert
Le lavoir du Gué couvert

A cette époque il existait 3 moulins dont le Moulin Basset.

Le Moulin Basset
Le Moulin Basset

XXe siècle :

Le monument aux morts sur le Mail des Anciens Combattants
Le monument aux morts sur le Mail des Anciens Combattants

Comme toutes les communes de France, Saint-Christophe, qui prendra officiellement le nom de Saint-Christophe-sur-le-Nais en 1937, honora ses enfants disparus pendant la Grande guerre en érigeant un monument aux morts, au milieu de la place de l'église.

La fin du siècle vit se construire de nombreuses habitations nouvelles et une maison de retraite, au lieu-dit "La Croix Papillon"

Le lotissement de la Croix Papillon et la maison de retraite
Le lotissement de la Croix Papillon et la maison de retraite

XXIe siècle :

L'école maternelle
L'école maternelle

En ce début de XXIe siècle, la commune vient d'offrir aux enfants de son école de nouveaux bâtiments qui complèteront agréablement ceux de 1882 devenus trop exigus.

 

En 2005 fut inauguré le tronçon de l’autoroute A28, reliant Ecommoy et Tours. Les utilisateurs passent sur le territoire de Saint-Christophe-sur-le-Nais et y franchissent même une barrière de péage.